Grand-mère - Chris Garvi
Grand-mère
Ma grand-mère n'a jamais su lire. Ni écrire. Et je sais que je fais de la photographie pour ne pas avoir à raconter, à écrire, à lire. C'est ma plus précieuse liberté. Les mots, sont trop difficiles à trouver, et puis, même lorsqu'ils sont là, ils s'imposent, ils enferment les photographies, ils mentent, ils détournent le regard de ce qui est essentiel.
C'est une journée monotone du mois d'octobre. Elle est là, postée à sa fenêtre et comme souvent, elle attend une visite...
le temps passe si vite. elle fait du café. je fume une cigarette dehors. bientôt ce sera l'hiver. je pense à tous ces lieux que je ne verrai jamais, ces gens que je ne rencontrerai pas. et toutes ces choses qui stagneront à mi-chemin.
je connais ces objets depuis que je suis petit. je vois la tapette à mouches. je me souviens de celle de mon grand-père, elle était marron. je regrette de ne pas avoir commencé la photographie très jeune
je me souviens elle m'avait amené voir un guérisseur. elle m'avait mis un bracelet fait de noeuds au poignet et m'avait dit que si je le serrais fort pendant les contrôles de classe, je réussirais. ça n'a pas marché. elle a oublié de me dire qu'il fallait apprendre ses leçons.
...
elle vit seule. elle vit avec ses souvenirs et quelques objets. elle attend les visites.
il y a très peu d'objets mais ils sont méticuleusement rangés. sa fierté, c'est de garder sa maison propre
c'était à mon grand-père. c'est une apologie de la fainéantise.
près du téléphone elle a des numéros. je ne sais pas si elle sait les lire. je crois qu'elle les connait par coeur. et puis, un marin.
je me souviens de cette coupe du monde. je me souviens de regarder l'équipe de france près de mon grand-père. ils habitaient dans un quartier. ils n'avaient pas d'argent.
elle déteste s'éclairer. je sais de qui je tiens.
c’est moi sur le mur. un jour tout disparaitra. j'aimerais revenir en arrière, je sais ce que je changerais.
je photographie un fragment. elle ne me demande pas pourquoi j'ai fait ça. j'aime qu'on me laisse tranquille quand je prends des photo
des souvenirs sur les murs, des photos. je me demande qui les regarde.
elle reste en robe de chambre tous les jours. elle ne sait pas lire, elle ne sait pas écrire. j'hésite à légender mes images.
Il est l’heure de parir. j'ai fait 16 photos. j'ai terminé ce projet. je pense au prochain. j'ai envie de photographier des fragments de gens.
Top